PORTRAIT : Sandra Rome | Let’s Wine! Entreprendre dans le vin

 

En 2016, Sandra Rome initie un virage professionnel à 180° pour concrétiser une passion dans un métier qui lui ressemble. Après une dizaine d’années dans les Télécoms et le Consulting, cette jeune entrepreneuse décide de tout plaquer pour suivre un Master dans le vin. Au programme : 18 mois de voyages, de dégustations et de rencontres, direction les vignobles du Monde !

Riche de cette expérience, Sandra revient à Bruxelles en 2018 pour transmettre sa passion du divin breuvage. Son dada ? Partager et détricoter la complexité qu’on  attache trop souvent au vin via grâce à des formations à la dégustation et la découverte des vins du monde.

De la vigne au verre, Sandra fait découvrir aux curieux et épicuriens ce merveilleux univers des sens de manière ludique et conviviale. Grâce à sa douceur et son savoir pointu , elle a su mieux affiner son projet, le vendre et trouver sa voie : celle du vin.

Son projet “Let’s Wine!” propose des soirées découvertes, des team building en entreprises et différents cycles de cours d’œnologie pour les plus motivé·e·s !

 

Découvrez sa fiche d'entrepreneuse

Dessin de @rafikidessine

 

 🎥 Abonnez-vous 🎥 à la CHAÎNE YOUTUBE JOBYOURSELF 

 

Ton projet ?

Let’s Wine!, c’est avant tout une philosophie : celle du partage d’une passion pour le vin, le goût et la découverte ! 

Que vous soyez un particulier ou une entreprise, Let’s Wine! vous propose toute une série d’activités (plus ou moins sérieuses) autour du divin breuvage : il y en a pour tous les goûts. 

  • Des soirées dégustation de vins à domicile
  • Des cycles de cours d’œnologie (différentes thématiques : toucher une région, aborder un cépage, etc.)
  • Des activités de team building avec vos collègues 

Le vin, rien de sorcier ! La naissance de Let’s Wine! 

Les gens me disent souvent : “j’adore le vin mais je n’y connais rien, je ne suis pas un pro !

 

 

L’univers du vin est complexe à appréhenderDevant le rayon vin du supermarché ou la carte des vins d’un restaurant, beaucoup se retrouvent perdus et ne savent pas que choisir. Du coup, les choix s’opèrent souvent par défaut. Par peur d’être déçu en s’aventurant vers l’inconnu, certains préfèrent acheter toujours le même vin qu’ils connaissent et apprécientD’autres suivront les recommandations d’amis, de parents ou d’ « experts » qui, pourtant, n’ont pas nécessairement les mêmes goûts qu’eux !  

Sans une base de compréhension du produit, difficile de savoir quels styles de vins on aime, ni comment exprimer ses goûts et préférences avec les mots justes. 

Sur base de ce constat et de mon envie d’aider les gens à mieux choisir le vin en fonction de leurs propres goûtsest né mon projet Let’s Wine !  

 

Pourquoi entreprendre ? 

Pour être libre de faire ce que j’aime et de développer mon activité à mon rythme.  

Attention, le choix ne s’est pas imposé de lui-même. Longtemps j’ai cru que je n’avais pas la fibre entrepreneuriale, que j’avais besoin d’un cadre et d’une forme de sécurité qu’offre le monde de l’entreprise. Un parcours professionnel tracé sans trop de risque. Quand j’ai tout plaqué en 2016, je ne savais pas encore vraiment où j’allais. En ce sens, quand mon idée entrepreneuriale a germé et que j’ai voulu me lancer, JobYourself s’est avéré être la solution idéale pour moi, m’offrant pendant 18 mois une sécurité pour lancer mon projet dans de bonnes conditions et acquérir cette liberté.  

 

Une passion pour le vin : une affaire de famille 

Il est sans doute trop tard pour appeler les services sociaux, mais figurez-vous que dès le biberon, je goutais le champagne ! 

Ma mère m’a un jour avoué qu’elle trempait la tétine pour m’aider à m’endormir. Par la suite, j’ai continué à être bercée au vin car mes parents suivaient des cours d’œnologieet me faisaient toujours goûter et décrire le vin quand ils ouvraient une bouteille à la maison. C’est donc assez naturellement qu’ils m’ont transmis le virus. Tout est de leur faute :p

 

 

Un mot sur ton parcours avant JobYourself ? 

Après mes études d’ingénieur de gestion à Solvay, j’ai entamé un parcours professionnel classique, d’abord comme Consultante dans une société américaine de conseil aux entreprises, puis dans les Télécoms en tant que responsable de l’amélioration de l’expérience client (oui, je suis d’accord, il y a toujours du boulot). 

“Après 10 ans comme employée, j’ai décidé de remettre toute ma vie à plat. Le cadre de l’emploi m’a surtout opprimée… Dans les entreprises multinationales, ce que tu apportes est souvent dilué dans tout le reste. Tu perds vite le sens de ce que tu fais. J’étais en quête de rapports plus humains avec les consommateurs.”

 

Un Master dans le vin en France avant de se lancer  

A l’origine, mon projet était d’ouvrir un magasin et bar à vin à BruxellesPar contre, je ne voulais pas me lancer sans avoir de sérieuses connaissances en la matière. Du coup, j’ai trouvé une formation basée à Montpellier qui me permettrait de comprendre toute la filière du vin, depuis le producteur jusqu’aux consommateurs, en passant par les métiers intermédiaires (importateur, distributeur, agent, négociants, et même verrier et producteur de bouchons J). 

Le gros plus de ce master ? Les voyages ! 

18 mois de voyage dans 25 pays producteurs de vin pour découvrir différentes approches de production et de commercialisation du vin, rencontrer des vignerons passionnés par leur travail et déguster pas moins de 3000 vins. Des études ultra passionnantes !  

 

 

 

Retour à Bruxelles pour se lancer via JobYourself  

Je suis revenue en Belgique avec l’idée d’avoir quelques expériences professionnelles concrètes avant de me jeter à l’eau. D’abord sommelière pendant quelques mois, j’ai ensuite eu l’opportunité de gérer un bar à vin et caviste !  Une super chance de voir concrètement comment ça se passe et si c’est toujours le projet que je souhaite lancer.  

Je me suis vite rendu compte à quel point ce projet était chronophage, surtout si je le lançais seule. Cela nécessitait trop de casquettes différentes : rencontres avec vignerons et importateurs pour définir la gamme, gestion des achats et stocks, alimentaire, plages horaires d’ouverture très larges pour offrir à la fois le service caviste et bar à vin (jours, soirs et weekends). Un pari finalement un un peu trop fou pour moi ^^ 

J’ai pris du recul et me suis dit : »je continue dans le vin mais avec un autre projet, sous une autre forme ! »

 

Et c’est là que j’ai connu JobYourself !  

J’ai commencé la phase de test en novembre 2019, en lançant des soirées d’initiation au vindes cycles de cours,  interrompus rapidement au mois de mars, avec l’arrivée de la crise Covid. 

 

 

Des Incidences suite aCovid ? 

Malheureusement, un arrêt total de mon activité les coursles moments de partage, de convivialité, ont été stoppés pendant 2 moisHeureusement que j’étais en coopérative d’activités pour tenir le coup ! 

Lorsque la deuxième vague est arrivée, plutôt que de tomber en mode passif, j’ai proposé de continuer les cours en ligne, toujours avec des dégustations ! Depuis le mois d’Octobre je pars donc distribuer les flacons de vin à chaque élève avant le cours du soir.  

 

Au début, j’ai eu peur que les étudiants refusent de continuer car déguster derrière un écran plutôt que tous ensemble retire forcément une part de convivialité à l’expérience. Mais au final l’idée a été appréciée ! Tous étaient contents de pouvoir continuer à se divertir alors que le secteur culturel était à l’arrêt.   

En parallèle, j’ai lancé une initiative baptisée « Dégust’en Bulle » avec 3 partenaires cavistesL’idée est simple. Les bars et restaurants sont fermés, on ne peut plus se divertir à l’extérieur, alors pourquoi ne pas se faire plaisir chez soi avec sa bulle familiale et de contact ? Au programme : 3 soirées de dégustations et de découverte des vignobles européens, une box de 6 vins livrée à domicile, et des quiz pour faire monter l’adrénaline entre les différentes bulles.    

 

Soirée « Déguste en Bulles » avec des  cavistes bruxellois !

 

L’initiative a rencontré un beau succès, du coup une deuxième puis une troisième édition ont été organisées. Cela a engendré un boucheàoreille positif pour faire connaitre les chouettes cavistes bruxelloisprès de chez soi  

 

Ta relation avec ton coach JobYourself  ?

Le coaching de Stéphane m’a amené un autre regard sur le monde du vin donc d’autres perspectives car il y était étranger. Ce qui est intéressant pour développer un avis neutre En tant qu’entrepreneusema grande faiblesse au départ était de vouloir assumer seule et ne pas oser demander de l’aide ou faire un partenariat !  

Mon coach Stéphane m’a aidée à pousser la porte des cavistes et de partenaires. Il m’a soutenue dans cette démarche-là, qui a été très intéressante et profitableQuand on a une pandémie Covid qui arrive, avoir le soutien moral et les conseils pro d’un coach, ça motive ! 

 

Ton coach, c’est un moteur diesel qui est là pour toi, toujours en marche pour te guider dans tes moindres doutes aussi et surtout pendant les périodes les plus difficiles de ton projet ! Une expérience d’échange tellement enrichissante

 

 

L’oeil de son coach : Stéphane Visentini

« Le mot « TEST » (d’activité) prend tout son sens avec Sandra et sa palette des choses créées et testées est large ! Dès le début de son parcours, il a fallu réorienter son projet initial et mettre en place progressivement de nouveaux volets. Elle a également su se réinventer, durant le confinement, en concevant toute une offre numérique.

 

Sandra est une entrepreneuse qui combine à la fois une approche rationnelle et passionnée du métier. Elle avance de façon méthodique et structurée. Et, à ses qualités, ajoute sa passion pour l’œnologie. Quand elle parle du vin, elle est dans son élément… on peut la voir rayonner !

 

Au cours d’un parcours Test, il y a des moments plus ‘down’ et mon rôle est de temps en temps de soutenir, encourager, parfois rassurer. Sandra est parvenue à tout surmonter en restant volontaire et en abattant une quantité de travail impressionnante pour améliorer continuellement ses propositions et services.

 

A plus d’un titre son accompagnement fut intéressant. Je le qualifierais de vrai et riche échange entrepreneurial. Sandra communique beaucoup de données qui permettent cet échange. Elle sait aussi être à l’écoute de ce qu’on lui amène, et va directement chercher à mettre en application ce qui est faisable et pourrait s’avérer pertinent.

 

Nos entretiens ont ainsi été l’occasion d’analyser et d’évaluer ce qui était mis en place, ce qui fonctionnait, et de partager des idées sur ce qui pouvait progresser. L’objectif était de poursuivre un développement permanent de son package afin de consolider les perceptives financières, et la rapprocher ainsi toujours un peu plus de son rêve.

 

Avec Sandra, en tant que coach, j’ai également pu être témoin d’une entrepreneuse ayant identifié un domaine qui l’anime intrinsèquement. C’est un beau prérequis pour qui veut tendre vers une vie professionnelle épanouie et, en ce sens, j’ai cherché à l’encourager à le nourrir.

 

Pour la suite… elle dispose aujourd’hui d’une bonne base sur laquelle avancer et de multiples potentialités pour continuer à bâtir. Son enthousiasme sincère et profond pour le vin, constitue à la fois à un moteur personnel et une passion communicative. Elle pourra toujours s’y rattacher. Et comme elle possède cette capacité d’action, cette attitude à absorber les idées, à saisir les opportunités et à les traduire concrètement… elle devrait faire bonne route ! C’est tout le bien que je te souhaite Sandra. « 

 

Pour moi, être entrepreneuse c’est… ? 

La Liberté !  

Faire ce qu’on aime, ce qu’on veut sans contrainte directesans compte à rendre à un employeur. Surtout, aller dans la direction que l’on veut. Être en accord avec ses envies pour avancer. Essayer différentes choses, se tromper, rebondir ! 

 

 

L’accompagnement de JobYourself en 1 mot ? 

Tremplin & un filet de sécurité ! 

Tu lances les idées, tu as la sécurité financière et on te donne le temps de lancer le projet.  

Au début, j’étais sans doute un peu naïve et optimiste avec mon idée entrepreneuriale. Je pensais que des cours d’œnologie et de dégustation du vin intéresseraienbeaucoup de monde et que mes cours seraient vite remplis. Eh bien non ! Cela prend du temps de se faire connaître, de générer du bouche à oreille positif qui fasse venir plus de gens, etcJobYourself te permet de l’avoir 

C’est fabuleux cette chance de tester ce qui fonctionne bien ou moins bien ! 18 mois, c’est la bonne durée pour arriver. À un moment il faut un coup de pied aux fesses et se lancer.  

 

 

a-t-il quelqu’un que tu admires ? 

Oui, dans mon secteur, il y a :  

  • Madeline Puckette, une sommelière américaine: avec son projet wine folly”, elle écrit des bouquins et gère un blog du vin hyper visuel, intéressant et didactique destiné consommateurs finaux. J’avoue que je m’inspire souvent de ces visuels dans mes formations J
  • Au quotidien, j’admire les vignerons. Il s’agit d’un métier très dur et stressant, car des effets climatiques néfastes (grêle, gels, etc.) peuvent réduire à néant le travail d’une année en seulement quelques heuresOn ne se rend pas compte des risques qu’ils prennent et de tout le travail qui se cache derrière la confection d’une délicieuse bouteille de vin. De vrais héros selon moi :-) 

 

Saviez-vous qu’il existe du Vin belge ? 

Au 15e et 16e siècle, on a eu une période d’agriculture du vin puis suite à une mini ère glaciaire, cela s’est arrêté.  

Depuis une 30aine d’années, la viticulture renaît en Belgique grâce, notamment, au réchauffement climatique. En fait, les zones de production de vin sont en train de bouger (du Sud vers le Nord de l’Europe). Imaginez :  aujourd’hui, on arrive à faire du vin au Danemark et en Angleterre ! C’est passionnant et en évolution constante !  

Chaque année, de nouveaux vignobles se créent chez nous, des vins dégustés à l’aveugle dans des concours prestigieux sortent en tête. Il y a clairement une recherche de qualité de la part de nos vignerons, et je suis persuadée que le vin belge a de belles années devant lui.  

 

 

Mes perspectives ? 

Tout récemment, j’ai décidé de rejoindre La Maison des Vins à Boitsfort, un excellent caviste bruxellois, avec pour mission de renforcer l’équipe et de développer la communication digitale.   

Après ces mois de test et la crise Covid, je me suis rendu compte que je ne pouvais pas tabler mon futur d’entrepreneuse exclusivement sur les cours et activités de TeambuildingIl me fallait trouver d’autres axes ! Cette activité complémentaire est une vraie aubaine car elle s’inscrit dans la lignée de ce que j’aime faire et m’assurera une stabilité financière après ma sortie de la coopérative. 

Je vous invite d’ailleurs à nous rendre visite pour découvrir de nouveaux vins et remplir votre cave en prévision des BBQ et autres joyeusetés cet été J 

 

 

 

Question bonus : la différence entre sommelier et œnologue ?  

Un sommelier travaille en restauration, typiquement dans un restaurant gastronomique ou étoilé. Il est en charge de la création de la carte des vins, des approvisionnements, du suivi des stocks et, avant tout, du conseil aux clients pour un accord mets-vin réussi J  

Un œnologue est un scientifique diplômé d’un Master spécifique (5 ans d’études) lié aux connaissances approfondies du fonctionnement de la vigne et des techniques de vinification. Il travaille souvent en laboratoire, et peut aider les vignerons dans leurs choix à la vigne et au chai. C’est donc un métier plutôt orienté « chimie » du vin ! 

 

Contactez Sandra

lets-wine.com

Rue des Brebis 17 Bte 6 1170 Bruxelles