PORTRAIT : Rachida, Entreprendre pour répondre à un besoin de société

 

Avez-vous déjà pu ranger votre poussette dans un espace HORECA, puis siroter votre café alors que bébé joue peinard dans un coin adapté ? Voilà ce que propose le café poussette associatif « Haricot Magique » de Rachida Bouganzir, un havre de paix pour les parents et leurs enfants. Précurseuse de nouvelles tendances HORECA qui relève presque du service social, cette entrepreneuse a profité de son test pour rendre viable son activité.

Solidaire, fonceuse, brute et authentique, Rachida a su fédérer, s’entourer de bénévoles qui y croient, comme elle. Elle reste la preuve que quand on veut, on peut. Pour Rachida “on ne naît pas entrepreneuse mais on le devient.” Cette maman entrepreneuse a tout appris sur le terrain à la seule force de sa volonté et de son énergie débordante. Se donnant cœur et âme dans le développement de son projet. Elle s’apprête à quitter JobYourself et démarcher auprès des politiques pour obtenir un soutien à son projet entrepreneurial d’ordre sociétal.

 

Contactez Rachida

 

Dessin de  @rafikidessine

 

 🎥 Abonnez-vous 🎥 à la CHAÎNE YOUTUBE JOBYOURSELF 

 

Ton projet ?  

Le café poussette « Haricot Magique » est un café pour les parents et leurs enfants, adaptés aux familles et avec un parking à poussettes Un endroit idéal pour se reposer, papoter, manger, parler pendant que les petits bouts trouvent un copain pour jouer dans le coin enfant, spécialement adapté pour eux 

 

« Je voulais vraiment créer un havre de paix,  une vraie bulle d’oxygène pour les parents » 

 

 

Pourquoi cette dénomination ?  

Elle est le au célèbre conte populaire anglais “Jack et le Haricot Magique” et la morale qui en découle : profiter des opportunités que la vie vous offre.  

 

Le premier café poussette de Belgique ! 

J’ai en fait simplement repris le premier café poussette de Belgique, lancé en 2012 par Laurent et Audrey à Schaerbeek. Ils étaient les vrais précurseurs !  

 

 

 

La découverte de ce lieu magique  

Quand je suis devenue maman en 2017, j’ai demandé comme cadeaux de naissance à mon entourage des bons de valeur pour passer du temps de qualité avec mon fils (à la place des traditionnels objets nondurables qui finiraient après 2 ans à la cave). Je suis très écolo et axée zéro déchet. J’ai alors découvert ce café poussette en participant à des ateliers parents-bébésLa fondatrice m’a annon un jour qu’ils arrêtaient son exploitation et recherchaient quelqu’un pour reprendre le fonds de commerce. 

 

Devenir maman a induit ma réorientation professionnelle 

J’étais devenue maman sans en avoir jamais rêvé. Et je ne m’attendais pas du tout à une tel bouleversement! Pour moi, c’était trop costaud de passer du jour au lendemain du statut de personne 100% libre à maman.  

Après un congé de maternité rallongé de 4 mois suite à une DPP, mon employeur m’a licencié à mon retour... J’étais chargée de projets dans un Institut en neurosciences.  

 

Un licenciement, une opportunité pour se réinventer ! 

C’était donc l’opportunité de me réinventer professionnellement. Je suis une femme positive et fonceuse. J’ai donc décidé de reprendre l’activité du café poussette.   

En congé de maternité, j’ai réalisé que les parents n’étaient pas assez soutenus dans leur parentalité. J’ai alors fait une sorte de cartographie de lieux de soutien à la parentalité.  

 

Je voulais me lancer dans un projet entrepreneurial à dimension sociale qui répondrait à une visée altruiste pour des parents en manque de lieux ‘Baby/kidfriendly’ comme je l’avais expérimenté à mes débuts de mamanDans l’HORECA, il y a un manque cruel d’espaces qui accueillent convenablement les parents.” 

 

Reprendre un fonds de commerce existant 

En 2017, je n’ai trouvé aucune structure d’accompagnement pour lrepreneuriat. J’ai décidé de me lancer quand même et de reprendre le fonds de commerce du Haricot Magique (c’est-à-dire le stock, le mobilier, le nom, le site web, la propriété intellectuelle). J’ai créé une ASBL pour que le projet corresponde plus à mes valeurs socialesJ’ai dû investir toute mon épargne personnelle mais je sentais que je le faisais pour une bonne cause, celle de suivre mes valeurs, mes envies et mon cœur pour créer le travail de mes rêves. 

 

 

 

Comment avez-vous connu Job Yourself ? 

C’est assez amusant !  

La veille de mon licenciement, j’avais suivi une séance d’info Job YourselfJdécouvrais la bonne structure pour m’accompagner alors que je n’avais pas encore connaissance de mon licenciementJe pense que les étoiles devaient être alignées et tout vient à point quand je regarde ça avec le recul. 

 

 

 

Un accompagnement idéal en préparation de projet  

J’ai suivi une phase de préparation de projet un peu spéciale. A l’époque, JobYourself faisait une expérimentation avec microStart et YouthStart : un groupe de 8 participants, en mode condensé 2 à 3 fois par semaine. Un moment génial avec dautres entrepreneurs, c’était très suivi, très réduit avec des coachs super !  

Du coup, mon projet était vite clarifié. J’ai découvert l’appel à projet SEE Uune occupation temporaire avec un bail précaire d’un lieu dans les casernes à Ixelles pour développer un projet d’entreprise. J’ai été retenue pour mon projet de café poussette 

 

 

L’aubaine d’une reprise : une clientèle déjà existante ! 

La clientèle du café poussette de Schaerbeek m’attendait au tournant ! C’était une aubaine de savoir que tous ces parents étaient en attente de la réouverture et ça me motivait d’autant plus à m’accrocher dans mes péripéties. 

 

Un crowdfunding pour installer le café poussette à SEE U 

J’ai eu l’idée de faire une campagne de crowdfunding pour m’aider à mon installation. Ce crowdfuding m’a permis de rendre visible mon projet dans les médiasPrès de 300 crowdfunders ont répondu à l’appel et ont investi 9000€ dans le projet. 

 

 “L’avantage d’un crowdfunding réside surtout dans la visibilité et l’engagement d’une communauté qui te soutient plutôt que dans l’aspect pécunier.”

 

Je l’ai lancé via une plateforme française, qui était liée à une banque. C’était intéressant car la banque pouvait considérer un crédit entrepreneur si le crowdfunding avait atteint son objectif, une super opportunité ! 

 

 

Aménager les lieux du café 

Pour aménager le café, j’ai utilisé uniquement des matériaux de récupération, grâce à l’équipe de « Fais-le Toi-Même » et mon équipe de bénévoles. Cela donne une belle âme au Haricot Magique, rentre dans mes valeurs écologiques et fait sens dans le cadre d’une occupation temporaire. 

 

N’as-tu jamais eu peur de prendre tous ces risques ? 

J’ai effectivement beaucoup investi de ma poche et de ma santé ! Mais peu importe, l’objet social de mon projet entrepreneurial m’a poussé sur tout le chemin et m’a donné la force de ne jamais lâcher ! 

Il y en a qui dépense des milliers d’euros dans un tour de monde ou dans leur shoppingmoi c’est dans un projequi répond à un besoin sociétal. 

« Ce projet, c’est l’appel du cœur, c’est comme ça que je le vois. Je n’ai jamais travaillé dans un projet qui avait autant de sens que celui qui m’occupe actuellement! « 

 

 

Pour moi, être entrepreneuse c’est… ? 

Vivre à du mille à l’heure ! Être au four et au moulin. Vivre des choses qu’on aime, aimer ce qu’on fait. Passionnée par ce qu’on fait ! C’est ça être entrepreneuse et c’est comme ça que je vois mon repreneuriat. 

 

 

L’avantage dJobYourself ? 

Ça a été exactement ce dont j’avais besoin au bon moment. Je ne suis pas une entrepreneuse née. Je suis tombée dedans de par mes circonstances de vie et JobYourself était au rdv.  

 

En un mot ? 

Une aubaine ! 

On a ce cadeau et on va pouvoir trouver des solutions pendant 18 mois pour que ça porte ses fruits. Si JobYourself n’avait pas existé, je n’aurais pas pu vivre pendant 18 mois sereinement, en développant le projet. Je gratifie ça à 100% !  

J’aurais souhaité que le test dure plus longtempscela aurait été idéal. Pour le moment, arrivée en fin de test, j’atteins seulement l’équilibre. 

 

 

Gérer une équipe de bénévoles et des collaborations avec des JobYourselfiennes ?  

Effectivement, j’ai toute une équipe de 12 fabuleux bénévoles qui me soutiennent. Je gère la logistique, les horaires, la communication, etc. J’ai aussi de chouettes partenariats avec des JobYourselfiennes : Sofia et ses ateliers créatifs, Mandypsychomotricienne, et une probable collaboration avec une doula ! 

 

Un burnout en test ? Ta relation avec ta coach ? 

J’ai eu 2 coachs chez JobYourself.  

Avec ma première coach Nadine, j’ai adoré son adaptation à mes disponibilités temporelles d’entrepreneuse continuellement au four et au moulin. Je ne m’arrête jamais (rire). 

Avec ma deuxième coach Solange, j’ai adoré qu’elle m’aide à mancrer et me remette les pieds sur terre lorsque j’ai fait un AVC mineur il y a quelque mois de cela, tellement je me donnais dans le projet ! 

Jai vécu mon test à 10 000%! J’ai connpas mal de galères de l’entrepreneuse sur 18 mois et je suis reconnaissante à Solange de m’avoir ramené à la raison. Elle m’a bien confronté, en me rappelant mon statut social et me dire de lever le pied, sinon j’allais droit dans le mur ! J’ai été poussé, drivé par ce projet qui m’emballe et c’est compliqué de mettre un frein ! Solange m’a rappelé mon statut social de chômeuse, “slash candidate-entrepreneuse en coopérative d’activités » et que c’était pas raisonnable de risquer ma santé. Elle m’a dit de prendre soin de moi et de calmer le jeu. Cet incident et sa remarque ont été une belle claque pour moi mais qui m’ont porté et remise sur un chemin plus serein: reposer le cadre et réévaluer ce qui importait vraiment ! 

 

 

L’oeil de sa coach : Solange Mattalon 

« Le moins que l’on puisse dire, c’est que Rachida est une vraie entrepreneuse ! 

Un tempérament d’acier, de l’énergie à revendre, une grande capacité à porter son projet et à mobiliser les troupes, une motivation à toute épreuve, Rachida est capable de soulever des montagnes pour que son projet continue à vivre et à se développer. 

Rachida quittera bientôt JobYourself mais heureusement, Le « Haricot Magique » continue …  C’est un projet porteur de sens répondant aux besoins essentiels et actuels des parents et de leurs enfants, alors souhaitons-lui longue vie ! » 

 

 

Un message aux gens qui veulent se lancer ?  

Oui certes, on doit payer son loyer, manger et nourrir son enfant mais qu’y a-t-il de plus valorisant et gratifiant qu’un job qui nous donne la pêche ! De plus quand c’est un job qui répond à un besoin sociétal pour les parents, moi ça me donne des ailes ! 

 

Je lui dirais “La vie, c’est risqué : essayez ! L’ennui , très peu pour moi : c’est mortel !”.  Selon moi, quand tas peur, c’est que tes dans le bon. Tu vas vers quelque chose de nouveau, et la nouveauté n’est pas toujours confortable. C’est OK, surtout ne pas s’arrêter et faire marche arrière : GO GO GO ! (rires) 

 

 

Ta vision future ? 

  • Pérenniser l’activité. Je suis arrivée à un équilibre après 18 mois. What’s next? Rendre l’activité viable ! 
  • J’ai lancé une pétition y a 2 mois que 1000 familles ont soutenuil est temps de l’adresser aux pouvoirs publics locaux et régionaux pour mettre en place un dispositif de soutien à la parentalitéPour que le rôle social du « Haricot Magique » soit reconnu car il est d’utilité publique et d’intérêt général. Ma mission actuelle : aller frapper aux portes de tous les cabinetspolitiques. J’y vais à fond, c’est mon objectif ! 

 

Le plus grand défi dans ton métier ? 

Découvrir la formule pour pérenniser l’activité. Comment rendre ce concept viable alors que c’est un concept 100% à vocation sociale ! 

 

Contactez Rachida